GET > A la une > Quand les chaînes de montagnes s’échappent… parce que trop molles !

Quand les chaînes de montagnes s’échappent… parce que trop molles !

Les géologues représentent la structure évolutive des chaînes de montagnes sur des vues en tranches verticales perpendiculaires à leur allongement, les coupes géologiques. Même si ce mode de représentation bidimensionnelle reste le cœur de la méthode du métier de tectonicien, il faut admettre que les chaînes de montagnes ont une dynamique fondamentalement tridimensionnelle. La convergence se produit en effet rarement perpendiculairement à la limite des plaques tectoniques qui s’affrontent, induisant des échappements latéraux dans les chaînes, c’est à dire obliquement ou perpendiculairement à la vue en coupe. Les chaînes se réchauffent également avec l’âge et s’amollissent, la source de leur échauffement étant liée aux radionucléides qu’elles accumulent en s’épaississant et à la chaleur qu’elles reçoivent du manteau sous-jacent. Elles ont alors tendance à s’étaler comme des fromages trop faits dans toutes les directions horizontales malgré  le rapprochement des plaques à leurs limites.

L’étude d’une équipe alliant le GET, l’Université de Delhi et l’Université de Rennes offre une perspective nouvelle sur le mode de déformation tridimensionnel des chaînes de montagnes chaudes. Le travail se base sur l’analyse de la déformation des parties érodées, et donc profondes, d’une chaîne de montagnes colossale formée il y a 2,5 milliards d’années dans le sud de l’Inde. Les auteurs décrivent le processus d’écoulement par lequel la croûte partiellement fondue absorbe le raccourcissement imposé à la chaîne pendant près de 50 millions d’années. Ce processus combine simultanément l’épaississement, l’échappement latéral et l’effondrement gravitaire de la chaîne qui tend ainsi à préserver, parce qu’elle est trop molle, un relief limité et un fond plat. L’exemple sud indien fournit une image de l’écoulement à l’œuvre dans les parties profondes et donc inaccessibles de régions tels que le Tibet et l’Altiplano et peut expliquer les propriétés géophysiques de ces dernières.

Référence :

Chardon D., M. Jayananda, J.-J. Peucat, 2011. Lateral constrictional flow of hot orogenic crust: Insights from the Neoarchean of South India, geological and geophysical implications for orogenic plateaux. Geochemistry, Geophysics, Geosystems, 12, article number Q02005, doi:10.1029/2010GC003398.

Lien internet

Contact :

 Dominique Chardon

Afficher le pied de page