GET > A la une > Du cadmium dans le cacao?

Du cadmium dans le cacao?

Le cacao d'Amérique du Sud est particulièrement recherché pour ses arômes subtils dans la production de chocolat dit « premium », aux qualités gustatives largement appréciées. Bien que l'Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) n’ait pas établi de seuil pour le cadmium (Cd) dans la pâte de chocolat, des études récentes ont démontré que les concentrations en Cd dans les fèves de cacao pouvaient atteindre des niveaux supérieurs aux limites légales européennes fixées à 0,8 mg kg-1 à l’horizon 2019 pour le chocolat à plus de 50% de cacao. Bien que la présence de Cd dans les sols agricoles semble être liée aux intrants agricoles, d'autres sources potentielles doivent être envisagées notamment en Équateur, petit pays d’Amérique Latine mais important producteur de pétrole.

Cette étude a été ainsi menée pour déterminer la teneur en Cd dans les sols et les cacaos cultivés sur des petites fermes équatoriennes, appelées « fincas », dispersées dans les zones impactées par les activités pétrolières. Des sols, des feuilles et des cabosses (fèves et coques) de cacao ont été collectés au Nord de l'Amazonie et dans les régions côtières du Pacifique, lieux de production et de raffinage pétrolier, puis comparées à ceux de deux zones de contrôle. La bioaccessibilité gastrique humaine du Cd a été déterminée dans les fèves et dans la pâte de cacao afin d'évaluer les risques potentiels pour la santé, après calculs d’exposition en lien avec les pratiques culturales et les habitudes de consommation.

Nos résultats originaux montrent que les concentrations en Cd sont plus élevées dans l’horizon de surface des sols (0-20 cm), dépassant la norme équatorienne de qualité des sols dans 39% des sites analysés. Même si les feuilles de cacao accumulent plus de Cd que les fèves ou les cabosses, 50% des fèves échantillonnées ont une teneur en Cd supérieure à la valeur seuil de 0,8 mg kg-1.

Le transfert sol-racine semble être la principale voie d'absorption du Cd par la plante, régulée non seulement par les propriétés physico-chimiques des sols mais aussi par les pratiques agricoles en vigueur (épandages d’engrais, de pesticides, paillage par des cabosses, etc.). En outre, l'enrichissement naturel des sols en Cd par les éruptions volcaniques courantes dans ce pays andin ne doit pas être négligé.

Finalement, le Cd dans le cacao ne peut pas être considéré comme un marqueur des activités pétrolières. Cependant, en supposant que la fraction bioaccessible du Cd (de plus de 90%) dans les fèves et la pâte de cacao est directement liée à celle du chocolat, le risque pour la santé calculé à partir de la consommation d’une tablette de 100 g par semaine, associé à l'exposition au Cd, varie de « faible » à « modéré ». De quoi nous rassurer quant à notre consommation de chocolat… toujours avec modération !

 

Références :

-        Barraza F, Schreck E, Lévêque T, Uzu G, Lopez F, Ruales J, Prunier J, Marquet A, Maurice L, 2017. Cadmium bioaccumulation and gastric bioaccessibility in cacao: A field study in areas impacted by oil activities in Ecuador.Environmental Pollution 229, 950-963.

-       Programme ANR MONOIL

Contacts :

Fiorella Barraza (doctorante GET), Eva Schreck et Laurence Maurice

Afficher le pied de page