GET > La Recherche > Les 5 Axes Transverses > A1 : Modélisation

La Recherche

A1 : Modélisation

Animateurs : Gondet E. et Martin R.

Participants : Audry S., Baratchart S., Biancale R., Bonvalot S., Briais A., Carretier S., Cochonneau G., Gégout P., Goddéris Y., Gondet E., Grippa M., Guérin F., Hiernaux P., Jessell M., Kergoat L., Labat D., Llubes M., Martinod J., Mazzega P., Mougin E., Noiriel C., Oelkers E., Orgogozo L., Perosanz F., Ramillien G., Regard V., Ribolzi O., Sonke J., Turcq-Moreira P., Vauchel Ph., et divers personnel non-statutaire.

Motivations et cadre

Les modèles sont des outils pour aider à comprendre les systèmes complexes naturels et socio-environnementaux. La modélisation, tout comme l'observation et l'expérimentation, est un des fondements de la science contemporaine. Les travaux de modélisation ont augmenté significativement au GET lors du précédent quadriennal (2007-2010) et des collaborations nouvelles ont vu le jour avec plusieurs laboratoires dans le monde. Ils concernent des problèmes aux échelles d'espace et temps  allant de l'atome et la seconde (ex. transferts de polluants en période de crue) aux continents et aux millions d'années (ex. cycles bio-climatiques). Ils balayent de nombreuses disciplines des sciences de la Terre et des Sciences de l’Environnement. Cet essor est partiellement dû à l'arrivée ces dernières années de modélisateurs et au regroupement de disciplines variées des géosciences au sein de notre laboratoire, ce qui a fortement motivé la modélisation des couplages aux interfaces entre ces disciplines (biologie-hydrologie-paléoclimats, érosion-tectonique-climat, dynamique des ressources et sciences sociales,...). L'axe transversal que nous proposons se construit sur trois constats : 1- Il existe un nombre significatif de codes conçus et mis en œuvre dans notre laboratoire (environ 20) dont le développement et le couplage peut déboucher sur de nouveaux outils, soit productifs, soit de recherche plus fondamentale ; 2- des  approches de modélisation originales naissent de la mise en commun des expériences techniques et conceptuelles de modélisateurs de disciplines très différentes, qu'il faut fédérer et ainsi favoriser; 3- un certain nombre d’outils d’accompagnement à la modélisation doivent être développés et mutualisés (analyse statistique, analyse de sensibilité, inversion et assimilation de données, etc.).

Afficher le pied de page