GET > Research > The 9 Major Themes > ET5 : Hydro-biogéochimie de la zone critique > Réseaux Nationaux et internationaux

Research

Réseaux Nationaux et internationaux

Une équipe pluridisciplinaire insérée dans des réseaux nationaux et internationaux

Les membres de l’équipe sont originaires de champs disciplinaires variés (géochimie, hydrologie, pédologie, écologie etc.) et maitrisent de nombreux outils de mesures, d’observation (traçage, télédétection etc.), d’analyse et de modélisation. Cette diversité de compétences est un atout majeur pour aborder des sujets complexes propres à la ZC: (i) connaitre à quelle vitesse et selon quels mécanismes de rétrocontrôle la ZC répond à des sollicitations d’ordre anthropique, météorologique ou climatique ; (ii) comprendre les emboîtements d’échelles spatiales et de temps et évaluer la représentativité des mesures in situ; (iii) analyser les interactions entre les hydro-systèmes et les sociétés humaines.

Pour compléter notre éventail de compétences en fonction des besoins et des appels à projets, et assurer une bonne visibilité sur la scène internationale et au niveau local nous prévoyons : d’élever encore notre niveau d’implication dans des réseaux nationaux (ex. Réseau de Bassins Versants, RBV) et internationaux (ex. CZEN, LTER-Europe) ; de poursuivre la collaboration avec les institutions du Sud via les dispositifs IRD de type Laboratoire Mixte International (LMI : CEFIRSE, OCE et LUSES), ainsi qu’avec nos partenaires russes sur les chantiers sibériens (ex. GDRI Car-Wet-Sib, Centre Franco-Sibérien de Recherche et de Formation) ; de contribuer à l’animation des axes transverses (AT) du GET (ex. AT-Risques, AT-Modélisation, AT-Télédétection) et de l’OMP (ex. AT-Carbone, AT-Hydro.tropicale) ; de renforcer nos collaborations avec des équipes thématiques (ET) du laboratoire (ex. ET-Isotopie, ET-Contaminants) et d’autres UMR.

Le bassin versant (BV) demeurera le niveau d’organisation spatiale privilégié pour nos travaux qui porteront sur une large gamme d’échelles allant des très fines (du m2 au petit BV) pour l’observation et l’expérimentation sur les processus, aux échelles régionales (du millier de km2 au sous continent) pour le suivi des flux et l’établissement des bilans d’eau, d’éléments et d’énergie.
Les travaux de l’équipe dans les milieux tropicaux et arctiques sont reconnus internationalement et participent à son identité. Lors du prochain quinquennat, nous les maintiendrons en consacrant un effort plus soutenu à ceux d’entre eux dont les questionnements scientifiques nécessitent une approche inter-disciplinaire. En zone tropicale, l’équipe s’appuiera pour une grande part sur des observatoires appartenant au SOERE RBV (i.e. BVET, Hybam, AMMA-CATCH, MSEC) labellisé par Allenvi, et inclus dans des réseaux internationaux. Ces observatoires recouvrent une large gamme de situations morpho-climatiques et hydrologiques: (i) zones de plaines endoréiques ou exoréiques semi-arides à humides (ex. Niger, Mali, Bénin) ; (ii) zones collinaires et montagneuses humides à sub-humides (ex. Inde, Cameroun, Laos) ; (iii) zones fluviatiles (ex. plaines d’inondation, paysages lacustres) et de montagne sous climat humide (ex. Brésil, Pérou, Equateur)… En zone boréale, nos travaux concerneront principalement les zones humides de Sibérie Occidentale (thermokarst) et les écosystèmes forestiers de Sibérie Centrale. Outre les travaux en zone tropicale et arctique, nous nous attacherons également à redéployer une partie de notre effort localement vers des chantiers en région Midi-Pyrénées. 

Observatoires

HYBAM Contrôles géodynamique, hydrologique et biogéochimique de l’érosion/altération et des transferts de matière dans les bassins del’Amazone, de l'Orénoque et du Congo

Afficher le pied de page