GET > Agenda > Le rouge en Préhistoire : de la gîtologie des minerais et roches riches en fer en Belgique à la recherche des sources des minerais de fer oolithi...

Le rouge en Préhistoire : de la gîtologie des minerais et roches riches en fer en Belgique à la recherche des sources des minerais de fer oolithiques et non oolithiques utilisés au Néolithique ancien.

Séminaire le 11 Jun 2019 de 14h00 à 16h00
Salle Pyrénées Salle Pyrénées
Eric Goemaere

Chercheur statutaire-Chef de travaux, Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique

Les roches rouges riches en fer ont été abondamment extraites et utilisées par l’homme préhistorique dans d’innombrables régions du monde. De nombreuses publications décrivent les multiples usages de la poudre rouge obtenue par broyage, raclage ou frottement sur des surfaces abrasives. Les sites du Paléolithique supérieur et du Néolithique ancien de Belgique n’échappent pas à cette règle. Les matériaux rouges bruts, facettés, les « crayons » voir même des pendentifs ont été retrouvés dans de très nombreux sites d’habitats. Les tracéologues ont largement œuvré tant sur ces objets facettés que sur les meules.

La collaboration entre préhistoriens et géologues de ces dernières années en Belgique nous permet désormais de mieux décrire les matériaux, en les caractérisant par différentes méthodes archéométriques (pétrographie en lames-minces, microscopie électronique, analyses chimiques et géochimiques – EDX, LA-ICP-MS, fluorescence-X portable –, diffractométrie des rayons X, susceptibilité magnétique ou µSRaman) sur le plan minéralogique, chimique et textural, mais aussi d’aller un cran plus loin. En effet, la détermination des sources des matières premières (objets riches en fer et outils associés) s’avère capitale pour comprendre la circulation des matières au sein d’un groupe culturel, mais aussi les « échanges » entre différents groupes. Les mêmes méthodes archéométriques sont donc appliquées aux objets géologiques (minéraux, roches et minerais) issues des collections et récoltées spécifiquement sur le terrain.

La présentation qui sera donnée s’interrogera sur le rôle du géologue et de sa boite à outils et sa contribution à la problématique des matières colorantes utilisées en Préhistoire. Plus particulièrement, je traiterai des différents types de gisements de roches riches en fer (sulfures, oxydes, hydroxydes et carbonates de fer) de Belgique (gisements sédimentaires, cryptokarstiques, filoniens ou chapeaux de fer). Une attention particulière concernera spécifiquement les Oolithic Ironstones (OIS) de Belgique et des régions voisines (nord de la France, Pays-Bas, Luxembourg et Allemagne). Je montrerai les résultats de recherches collectives récentes et en cours visant la recherche des provenances des objets facettés par les Rubanés (LBK, Néolithique ancien), en OIS et non-OIS.

Afficher le pied de page